skip to main content

L’architecture japonaise

/up/images/featured/images/Untitled-3.jpg

L’architecture japonaise contemporaine présente aujourd’hui une qualité et une diversité qui offrent un intérêt considérable. Bien que cette architecture soit issue d’une société très avancée dans l’économie capitaliste et la mondialisation, elle garde des spécificités et un caractère qui lui est propre et qui permet de la distinguer des autres créations contemporaines de l’architecture occidentale.

Ces spécificités ne sont que la manifestation d’un esthétique et d’un cheminement intellectuel, spirituel et artistique issue du contexte et de la tradition nippone. Comme c'est souvent le cas, l'architecture japonaise s'inspire des anciens modèles.

Tout d'abord, il faut savoir que l'architecture contemporaine japonaise, en mêlant tradition et modernité, est très vivante. Tous les matériaux sont utilisés avec technique; non seulement le bois et le bambou mais aussi le  béton, l'acier et le verre. Elle respecte les éléments fondamentaux comme l'air, la lumière et l'eau. En effet, l'architecture nippone se base sur les concepts de l'espace, de l'ombre et de la lumière. Aux yeux des japonais, l'ombre crée l'espace, vision totalement opposée à la notion de l’espace occidental. De plus, l’architecture japonaise traditionnelle assimile le bâtiment à la nature, à l’environnement et à ses changements. Ainsi, une part très importante est donnée à l’architecture des jardins.

HISTOIRE:

Au début du XXème siècle, les architectes Japonais en nombre croissant prennent conscience de leur propre compétence, ils ont acquis une maîtrise de l’architecture et des techniques occidentales. De plus, ils se sont mis à étudier avec intérêt les valeurs proprement artistiques de l’architecture occidentale, en même temps, ils commencèrent à reconsidérer sérieusement leur tradition architecturale nationale.

Comme souvent dans la culture et la société japonaise, l'arrivée des technologies modernes apporta une nouvelle impulsion à l'architecture de l'archipel. De nouvelles structures en béton et en acier furent établies contrastant fortement avec les modèles architecturaux traditionnels. Grâce à sa connaissance parfaite du principe du porte-à-faux permettant de soutenir de lourdes charges comme les toits lourds des temples, le Japon joua un rôle moteur dans la conception des gratte-ciels modernes.

D'ailleurs, la nécessité de reconstruire le Japon après la seconde guerre mondiale stimula lourdement l'architecture japonaise, plaçant ainsi les constructions contemporaines japonaises parmi les plus impressionnantes en terme de technologie et de conception formelle. La sobriété de l’architecture moderne, par la construction de bâtiments cubiques et sans âmes, répondait parfaitement à l’épuisement du Japon saigné par la guerre.

LES ARCHITECTES:

À l’avènement de la deuxième génération après guerre les architectes Kenzo Tange, Seike, Kikutake, effectuèrent  un développement original de l’architecture moderne . Avec ces architectes, la fonction cesse d’être l’élément causal pour ne devenir qu’un simple élément . Ceci correspond à l’aspiration de la société à plus d’opulence et d’humanisme. Le ré-aménagement de l'espace urbain rendu nécessaire suite à la dévastation laissée à la fin de la Seconde Guerre mondiale mit en jeu des architectes majeurs tel que Kenzo Tange qui employa le principe du porte-à-faux dans un système de piliers et de poutres hérités des anciens palais impériaux.

Les architectes japonais furent reconnus comme n'étant pas seulement d'habiles praticiens du modernisme mais aussi comme des enrichisseurs du postmodernisme avec des innovations dans la perception de l'espace, une sensibilité à l'environnement extérieur, une utilisation peu commune des matériaux industriels, et une conscience développée des problèmes écologiques et topographiques. Le style de Tange, quant à lui, est basé sur des bâtiments épurés, il est le défenseur de la construction en béton. Ce béton est le matériau moderne incontournable au Japon, où la fréquence des tremblements de terre rend difficile l'emploi de l'acier et du verre. Il remporte le concours pour le Parc de la Paix et le musée de la bombe atomique, en 1949, qu'il construit au centre de la ville reconstruite d'Hiroshima.

Concernant Fumihiko Maki, il apporta de nouvelles idées d'urbanisation basées sur le principe du "cocooning" autour d'un espace intérieur, un concept spatial japonais adapté aux besoins urbains. Il préconisa également l'usage d'espaces ouverts, se reflétant ainsi à l'esthétique japonais hérité des idées bouddhistes.

Par ailleurs, plusieurs groupes expérimentaux d'avant-garde, durant les années 80, réexaminèrent les formes géométriques du modernisme en introduisant des concepts métaphysiques produisant quelques effets surprenants. Par contraste avec les innovations de ces avant-gardistes et leur modernisme à la structure rigide, le minimalisme poétique et expérimental de Tadao Ando incarna le postmodernisme: une approche plus équilibrée et humaniste de l'architecture.

CONCLUSION:

L’histoire de l’architecture japonaise contemporaine est celle d’un désengagement progressif du style international, avec ses formes blanches, rectangulaires, abstraites, ses pilotis, ses toits plats, et sa reconversion dans des voies de re-singularisation .

Ce processus a nécessité une maîtrise des techniques et du langage de l’architecture moderne, afin d'utiliser tous ses acquis dans le but d'arriver à une réintégration et une relecture de la tradition japonaise.

La diversité et l’impact qu’a aujourd’hui l’architecture japonaise sur le plan international n’est que le résultat de multiples démarches de plusieurs architectes qui en partant d’une maîtrise des concepts modernistes, ont su exploiter leurs traditions spirituelles et leurs spécificité culturelle, et les transformer en une source inépuisable de création.

Photos:
1. Bâtiment par Fumihiko Maki
- House N par Sou Fujimoto Architects
2. Complexe Sportifs pour les Jeux Olympiques à Tokyo par Kenzo Tange
- TOD’s Omotesando à Tokyo par Toyo Ito
- Sanctuaire à  Itsukushima
3. Kanagawa Institute of Technology par Junya Ishigami & Associates
4. Musée aux Etats Unis in par Tadao Ando.
5. Parc de la Paix d’Hiroshima
6. Tokyo Marine and Fire Insurance Building à Tokyo par Kunio Maekawa

SOURCES:
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_japonaise
- http://nezumi.dumousseau.free.fr/japon/archi.htm
- http://www.clickjapan.org/Architecture/Architecture_index.htm
- http://www.vg-architecture.be/
- Cluzel Jean-Sebastien L'architecture éternelle du Japon
- Aplus, A+U 452 recents projects
- Nicolas Fiévé, L'architecture et la ville du Japon ancien.

Avez-vous aimé cet article?

oui: 61     pas : 55

Partager

partager


logo © 2007 4-INDUSTRY, s.r.o. Tous droits réservés.  Politique de confidentialité  –  Conditions d'utilisation